• +(33) 06.31.33.98.55
  • denisnotari@axiologie.com

Denis Notari

Denis Notari

Denis Notari –  14 novembre 1954.

Tout mystère, tels ceux de l’existence, a une raison d’être qui ne se révèle qu’à ceux qui cherchent à en comprendre le sens.

Enfant, je me suis pris de passion pour l’illusionnisme que j’ai pratiqué pendant de nombreuses années. J’en ai retenu que les professionnels du miracle n’étaient rien d’autre que d’habiles bonimenteurs qui ont très bien su garder leurs secrets au fil des siècles et que les phénomènes paranormaux puisaient leurs sources dans l’imaginaire des plus malins pour abuser les plus crédules.

Mon parcours scolaire est scientifique, je suis diplômé de mathématiques du Conservatoire National des Arts et Métiers, mais ma carrière professionnelle est autodidacte, car ma spécialité s’écarte des chemins universitaires.

Curieux de nature, je m’interroge sur ces mystères du quotidien qui sollicitent mon attention en permanence. Ces hasards et autres concours de circonstances qui m’interpellent manquent cruellement d’explications rationnelles. Des énigmes que je vais prendre plaisir à résoudre.

J’observe que souvent, les réactions des gens sont souvent surprenantes, voire décalées en situations pourtant familières, et cherche à en comprendre le sens.

La réponse s’est imposée d’elle-même. Plus l’intellect est imprégné d’influences au moment de l’action, plus la réaction sera éloignée d’une bonne décision. Celle-ci se trouvera être inadaptée et l’ampleur sera nécessairement disproportionnée. Le résultat, contraire aux attentes, aura des conséquences décevantes.

Ce constat est novateur pour plusieurs raisons. Le point de départ n’est pas l’émotion, mais l’influence. Ensuite, l’émotion commande l’intellect qui déclenche l’action, mais aussi l’intention. Dans tous les cas, la conscience. Les difficultés d’analyse relèvent d’une pollution de l’intellect due à ces nombreuses influences qui déforment, voire empêchent la compréhension de l’évènement.

De ces analyses allait émerger l’axiologie qui est le fonctionnement réfléchi de l’esprit. Le mode d’emploi incontournable de notre “machine humaine”.

Ainsi, toutes les influences exercées sur chacun par tout ce qui compose notre environnement ont une incidence directe sur nos décisions et donc sur notre comportement, justifiant ainsi le dicton, rien ne se passe sans raison.

Le point de départ aura été de comprendre la logique à laquelle ces interactions obéissent. Le début d’un long processus dont l’importance se révélera au fil des années.

Les écarts émotionnels, c’est bien connu, provoquent des troubles de comportements, mais l’originalité de la découverte tient au fait que ce n’est pas l’émotion qui en est la cause, mais l’influence qui la déclenche.

Ces prémices de l’axiologie conduiront une quinzaine d’années plus tard à une véritable science à part entière de l’émotion.

Des années d’investissement et de travail auront été nécessaires pour parvenir à des résultats concrets. L’axiologie, par sa spécificité, remet en question tout ce que l’on pensait savoir sur la conscience, son mode de fonctionnement et l’étendue de ses possibilités. Tout notre travail intellectuel passe par elle, et elle seule car en axiologie, il n’y a pas d’inconscient.

Historique

2014 — Les phénomènes d’influence agissent sur la personnalité au même titre que les relations de causalité. Il est évident que le point commun ne peut être que l’émotion. L’axiologie, qui fait depuis longtemps l’objet de tant de suppositions, d’interprétations et de spéculations est une science à part entière.

2013 —  Désormais, l’axiologie permet de cerner les intentions qui ont suscité l’action même si la personne qui en est à l’origine ne le révèle pas. En d’autres termes, cela signifie que la raison d’une erreur pourra être identifiée si celle-ci s’avérait être intentionnelle.

2007 — Retour en France, à Bordeaux.

2004 — Les 5 premières années de recherches auront été décisives. L’émotion obéit à des schémas mathématiques et logiques. Il est désormais possible de poser des équations axiologiques pour résoudre les troubles de comportement.

Le premier cabinet d’axiologue ouvre à Montréal.

2003 — Publication d’un essai sur les méthodes de manipulations mentales.
Titre “La Source”. ISBN 2-9807997-0-X Bibliothèque nationale du Canada, Bibliothèque nationale du Québec.

2002 — Les contours et la syntaxe générale d’une communication non verbale se précisent. Elle met en évidence la relation étroite entre troubles émotionnels et méconnaissance de cette communication. Les recherches se poursuivent afin d’établir une méthode de travail rationnelle, sûre et fiable.

2000 — Montréal – Québec. Recherche et écriture sont à l’honneur. Le travail se porte simultanément sur les lois du hasard et des écrits coptes du 1er et 2e siècle relatifs à des thèses similaires.

1998 — Il apparaît qu’enfants et adultes aient des difficultés à se comprendre du fait qu’aucun ne s’exprime selon le même mode de communication. Celui des adultes est explicite et élémentaire quand celui des enfants est imagé sur plusieurs niveaux de compréhension. Une forme de communication non verbale s’impose comme étant la composante commune aux deux langages.

1997 — L’intérêt se porte spécialement sur les interactions qui lient chaque individu à son environnement immédiat et les raisons qui conditionnent ses décisions.

Facebook 0 Google+ 0 Mail